Mon compte    |    Inscription

ciné-archives fonds audiovisuel du pcf mouvement ouvrier et démocratique

Films

Version Impression
ESQUISSE POUR UN PORTRAIT POLITIQUE, HO CHI MINH
    • Genre
    • Documentaire
    • Année
    • 1973
    • Coloration
    • Noir & Blanc
    • Son
    • Sonore
    • Durée
    • 00:58:00
    • Réalisateur
    • Gérard GUILLAUME
    • Format original
    • Film 16 mm
  • "Esquisse pour un portrait politique" est le second volet d'un diptyque cinématographique consacré à l'histoire du Viet-Nam, dont Dat Nuoc est la première partie. Le film retrace la biographie du dirigeant du Parti communiste vietnamien de 1920 à 1973, de sa présence au Congrès de Tours en 1920, à sa lutte contre le colonialisme français et pour l'indépendance de son pays. Il est diffusé le 7 octobre 1973 sur la première chaîne de télévision française.

    Le film commence par un zoom sur une photo du visage d'Ho Chi Minh. Le récit reprend le fil de l'Histoire du Viet Nam en 1920. N'Guyen Khao Vien, sociologue, en plan serré visage, raconte la vie d'Ho Chi Minh. Il évoque sa jeunesse ; bien avant les autres, Ho Chi Minh prend conscience de l'impasse dans laquelle se trouve le combat pour l'indépendance du Viet-Nam. A la recherche de solutions, il part en Europe. A l'appui de différentes photos, ce séjour européen, particulièrement en France, est relaté. Ho Chi Minh y découvre que l'Europe ne compte pas que des colons mais aussi des ouvriers. Il comprend alors la nécessité d'une solidarité entre tous les opprimés du Capitalisme. En 1917, c'est la Révolution russe ; puis en 1920, le congrès de Tours auquel il participe. Pour Ho Chi Minh, la lecture de Lénine est « une révélation » « d'une nouvelle voie, d'une nouvelle solution pour le problème national ». Il milite alors dans le Parti Communiste, dans les syndicats et dans l'Internationale. À l'image une nouvelle série de photos évoque la fondation du Parti Communiste Indochinois. Une séquence nous emmène ensuite dans les montagnes vietnamiennes où vivent les Minorités. Le Général Chu Văn Tấn narre son passage de la révolte à la révolution. Grâce à l'envoi de cadres du Parti dans son village, il comprend ce qu'est le mouvement révolutionnaire. L'époque du Front Populaire est relatée avec des photos ; les prisonniers politiques sont libérés au Viet-Nam. Le Parti communiste a alors le champ libre pour agir ; Ho Chi Minh souhaite construire un Front national démocratique et antifasciste avec le Parti Communiste, les Français progressistes et les bourgeois vietnamiens. C'est ensuite la Seconde Guerre Mondiale et l'occupation japonaise. Un mouvement de résistance se met en place dont Ho Chi prend la tête. Pour ce faire, il se cache dans les montagnes. Un groupe de villageois de Pac-Bo se remémore cette période ; l'un d'eux était chargé de protéger Ho Chi Minh. Il lui a enseigné la « patience révolutionnaire ». En 1945, Ho Chi Minh proclame l'indépendance du Viet-Nam. Différentes archives cinématographiques illustrent ce moment. C'est alors l'escalade jusqu'au déclenchement de la guerre d'Indochine : la France accepte puis refuse l'indépendance du Viet-Nam ; elle utilise la force armée pour rétablir son autorité. Ho Chi Minh appelle à « l'insurrection générale ». Les images d'archives montrent les combats entre Français et Vietnamiens. Toute la chronologie de la guerre est brossée à grands traits. Le rôle des Etats-Unis comme soutien occulte aux Français est mis en avant à l'appui d'extraits de « dossiers secrets du Pentagone » ; l'ingérence américaine dans le conflit augmente de plus en plus, au point que les Etats-Unis cherchent à supplanter le pouvoir français en Indochine. N'Guyen Khao Vien revient à l'image pour raconter la fin de la guerre d'Indochine. Malgré les subsides américains, la France n'évite pas la débâcle de Dien Bien Phu ; dans ce sens, « on peut dire que Dien Bien Phu, c'était le première défaite américaine ». Toute une nouvelle série d'archives cinématographiques retrace Dien Bien Phu de sa préparation stratégique dans le QG vietnamien à l'assaut final. Quelques images de liesse populaire pour fêter la victoire concluent ce passage. C'est ensuite la conférence de Genève où sont négociés les accords de paix entre la France et le Viet-Nam. A nouveau des archives, puis l'interview de Mme N'guyen Thi Binh. Une frontière provisoire est établie le long du 17e parallèle et la réunification du Viet-Nam doit intervenir après des élections. Mais « la perfidie » des Américains fait tourner les choses autrement. Dans le Viet-Nam du Sud, le Président Diem laisse les Etats-Unis mener une politique très dure de répression à l'encontre des partisans de la réunification. Pendant ce temps, le Nord passe à l'étape de « la révolution socialiste » ; la réforme agraire a eu lieu. Une séquence relate la construction du barrage de Bac Hung Hai jusqu'à son inauguration officielle. En décembre 1960, le Front National de Libération est fondé pour coordonner la résistance. Les États-Unis liquident le régime de Diem au Sud et Jonhson décide d'envoyer l'armée en 1965. La guerre du Viet Nam est lancée. De très nombreuses archives l'illustrent : elles montrent l'armée et les soldats américains, les combats, les bombardements, les tranchées, les blessés vietnamiens... L'intensification de l'intervention américaine est finalement un échec ; elle ne réussit pas à couper les liens entre le Nord et le Sud. Se prépare alors côté vietnamien l'offensive du Té. Couronnée de succès pour les Vietnamiens, le rapport de forces change ; les Américains sont contraints d'accepter de premières négociations à Paris en 1968. Début Juin 1969, un congrès des forces opposées au régime de Saigon se tient au Sud du Viet Nam ; le FLN et les forces démocratiques nationales de paix s'unissent pour former le gouvernement provisoire. Mais le 4 septembre 1969 ; Ho Chi Minh décède. Le film s'achève sur son testament politique. Il exhorte les Vietnamiens à préserver l'unité du Parti tout en gardant la « moralité » révolutionnaire.

    Comme "Dat Nuoc", "Esquisse pour un portrait politique" est réalisé à la fin de la guerre du Viet-Nam. Le film reprend l'Histoire du Viet-Nam là où Dat Nuoc s'était arrêté, c'est-à-dire dans les années 1920. On y retrouve le sociologue vietnamien N'guyen Khac Vien qui est la figure centrale de la narration de "Dat Nuoc". Dans "Esquisse pour un portrait politique", il est moins présent. Son témoignage, comme ceux des paysans de Bac Bo ou de Madame N'guyen Thi Binh, ont été recueillis par Gérard Guillaume lors d'un voyage au Viet-Nam. Autre point commun avec "Dat Nuoc", un discours qui est éminemment nationaliste et pro Viet Nam du Nord. La figure d'Ho Chi Minh est glorifiée en tant que guide de l'Indépendance nationale. Il est véritablement présenté comme un héros national et le film va dans le sens de la construction de sa mythologie alors qu'il vient de mourir peu de temps auparavant. La légitimation de l'action d'Ho Chi Minh est totale ; elle s'identifie à celle de la cause nationale vietnamienne. L'Histoire est alors revisitée pour étayer ce propos. Par opposition, les Etats-Unis sont présentés sous un jour extrêmement négatif. Le point de vue est celui d'une dénonciation sans concession de la politique du gouvernement américain. L'emploi des extraits des « dossiers secrets du Pentagone » vise à montrer que la manipulation est consciemment belliqueuse et dans ce sens condamnable. Par rapport à "Dat Nuoc", la charge anti-américain est beaucoup plus forte. Esquisse d'un portrait politique se veut donc un film engagé, qui s'intéresse à un sujet contemporain. En effet, au moment où le film est réalisé, la guerre du Viet-Nam n'est pas terminée et le film doit participer à la mobilisation en faveur du Viet-Nam du Nord et contre les États-Unis. Du point de vue du parti pris de réalisation, il y a un recours important aux images d'archives, qui proviennent vraisemblablement de sources très variées, tant américaines que françaises ou vietnamiennes. Certaines d'entre elles sont probablement assez rares ; elles rendent compte de toute une série d'évènements historiques tels que le Guerre d'Indochine, la Conférence de Genève et, bien sûr, les différents épisodes de la guerre du Viet-Nam. Le montage panache extraits d'interviews, archives et enfin les cartons des « dossiers secrets du Pentagone ».

    Production : Unicité
    Réalisation : Gérard Guillaume
    Commentaires : Gérard Guillaume
    Interviews : Gérard Guillaume
    Avec les interviews de : N'guyen Khac Vien, Madame N'guyen Thi Binh, Général Chu Văn Tấn, les paysans de Pac-Bo
    Textes de Ho Chi Minh dits par : Denis Manuel
    Assistante réalisation : Nadine Fisher
    Opérateur prise de vues : Frédéric Variot
    Opérateur prise de son : Alix Conte
    Banc titre : Adrien Fortis
    Mixage : Jean-Claude Brisson
    Montage : Janine Martin, Anita Fernandez
    Lieux : Viet-Nam, Suisse, Genève
    Personnalités : Ho Chi Minh, Richard Nixon, Pham Van Dong, Général Vo N'guyen Giap, Ngo Dinh Diem
    Les délégués de la Conférence de Genève : Pierre Mendès-France (France), Pham Van Dong (République démocratique du Viet-Nam), Jonh Foster Dulles (États-Unis), Anthony Edan (Royaume-Uni), Vladimir Molotov (URSS), Zhou Enlai (Chine)
    Événements : Congrès de Tours, Seconde Guerre Mondiale, Guerre d'Indochine, Dien Bien Phu, Conférence de Genève, Guerre du Viet-Nam, Offensive du Têt, Accords de Paris

    Cartons :
    Introduction : « Vers 1920, le mouvement national vietnamien était dans l'impasse. Toutes les formes d'action, réformisme ou complot, avaient échoué. Dans quelle voie s'engager ? Pour un patriote vietnamien, c'était la question cruciale qu'il se posait avec une sorte d'angoisse. Le régime colonial semblait s'installer pour toujours. N'Guyen Khao Vien (Dat Nuoc, première partie) »
    Final : « Mon ultime souhait est que tout notre Parti, tout notre peuple s'unissent et fassent tous leurs efforts pour édifier un travail pacifique, réunifié, indépendant, démocratique et prospère et contribuent dignement à la révolution mondiale. » (Citation d'Ho Chi Minh).
    Série « dossiers secrets du Pentagone » : « la domination communiste, par des moyens quelconques de tout le Sud Est asiatique/menacerait de façon sérieuse, à court terme et de manière dangereuse, à long terme, la sécurité des États-Unis/le Sud-Est asiatique est la principale source de caoutchouc naturel et d'étain ; on trouve aussi du pétrole et d'autres matières premières stratégiques »:
    - « Le succès et la défense du Tonkin est primordial si l'on veut que les régions continentales du Sud Est asiatique restent entre des mains non communistes »
    - « Recommandation du comité spécial sur le Sud Est asiatique/5 avril 1954/veiller à ce qu'on ne décide aucun cessez le feu en Indochine avant la victoire/que celle-ci résulte de succès militaires ou de la reconnaissance explicite par les Communistes de leur défaite »
    - « Télégramme de Foster Dulles à Ambassade US 7 juillet 1954... Recommandations au représentant à la conférence de Genève/comme il est parfaitement clair que les élections peuvent provoquer finalement l'unification du Viet Nam sous la direction de Ho Chi Minh/il est d'autant plus important qu'elles aient lieu le plus tard possible après l'accord sur le cessez-le-feu afin de donner à la démocratie ses meilleures chances »
    - « Rapport des services de renseignements/Bien que Diem se préoccupe de la sécurité du pays les services de police et de renseignements qu'il a mis en place sont forts médiocres/leur brutalité, leurs larcins et leur conduite désordonnée poussent d'innombrables villageois à se révolter ouvertement contre Diem »
    - « De 1956 à 1959, la plupart de ceux qui prirent les armes étaient des Sud Vietnamiens/et la cause qu'ils défendaient n'était, en aucune façon suscitée par les manœuvres du Viet Nam du Nord/A partir de 1959, il devint évident que Hanoi était mêlé à la lutte qui se développait »
    - « Cabot Lodge à Présidant Kennedy : à mon vas, il n'y a aucune possibilité de gagner la guerre en conservant le régime Diem »
    - « .... .... .... »
    - « Rapport Mac Namara/ Le Viet Cong a enregistré de grands progrès depuis le putsch »

    MOTS CLÉ :
    Viet Nam, Hanoi, Saigon, fleuve, montagne
    Ho Chi Minh, Richard Nixon, Pham Van Dong, Général Vo N'guyen Giap, Ngo Dinh Diem
    Congrès de Tours
    Parti Communiste, Viet Minh, Viet Cong, FLN
    France, Etats-Unis
    Guerre, combat, bataille, soldat, explosion, bombardement, blessé, civil
    Avion, porte-avion, tranchée
    Dien Bien Phu, offensive du Té
    Endiguement, digue, barrage
    Seconde Guerre Mondiale, Guerre d'Indochine, Guerre du Viet Nam,
    Colonialisme, colonisation, décolonisation, indépendance
    Accords de Genève, Accords de Paris

    « Plus qu'une esquisse, c'est un portrait politique. À travers un homme, Ho Chi Minh, sa vie et surtout sa pensée, c'est l'explication d'une situation, de la guerre de libération, des raisons de la victoire du peuple vietnamien. Le film commence en 1920, le colonialisme français s'est implanté, la résistance est dispersée, fractionnée, elle n'est plus qu'explosions de colère, révoltes sporadiques... Pour le peuple vietnamien, c'est l'impasse. Le jeune Ho Chi Minh est en France. Il est venu, sur place, étudier l'adversaire. Il découvre un peuple, exploité comme le sien. Au congrès de Tours, il adhère au mouvement communiste et, à l'aide du marxisme, forge la stratégie et la tactique de la lutte libératrice. De retour dans son pays, il fonde le Parti Communiste Vietnamien, unifie la résistance, et la conduit à la victoire. » (André Légé, L'Humanité Dimanche, 7 octobre 1973)


    Lieux de consultation : Ciné-Archives, Archives françaises du film, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Forum des images.
  • Asie - Guerre du Vietnam - Ho Chi Minh - Lénine (Vladimir Ilitch Oulianov) - Vietnam
Contact
Plan du site
Mentions légales
Conditions générales
de vente

Soutenir Ciné-Archives
 

Suivez-nous :
FacebookTwitterDailymotion

Recevoir la lettre d'information

OK
Se désinscrire
Partenaires :
Archives francaise du filmSeine Saint DenisBnFForum des images
Avec le soutien de :
CNCFondation Gabriel PériMinistère Cultureile de FranceMairie de paris
Powered by diasite