Mon compte    |    Inscription

ciné-archives fonds audiovisuel du pcf mouvement ouvrier et démocratique

recherche avancée

Version Impression
FONTENAY NOTRE VILLE - ACTUALITÉS N°1
    • Genre
    • Documentaire
    • Année
    • 1970
    • Coloration
    • Noir & Blanc
    • Son
    • Sonore
    • Durée
    • 00:18:00
    • Réalisateur
    • ANONYME
    • Format original
    • Film 16 mm
  • Réalisé à l’initiative de la municipalité de Fontenay-sous-Bois, ce reportage s'ouvre sur une vue de la ville filmée depuis la colline. La voix off précise l’objectif du film : connaître l’opinion des habitants sur les évolutions de la ville depuis l’élection du maire communiste Louis Bayeurte en 1965.

    Fontenay-sous-Bois est une ville typique des évolutions urbaines dans la France contemporaine. Ville de maraîchage, elle reste tout au long du XIXe siècle peu concernée par l’industrialisation massive de l’est de la région parisienne. Au XXe siècle, la ville s’étend progressivement, tout en préservant le caractère villageois du vieux Fontenay. La rupture date de 1960 : une partie de la ville est alors déclarée « zone à urbaniser en priorité » (ZUP). La plaine maraîchère se transforme en quelques années pour laisser place au grand ensemble du Val de Fontenay. Pour l’État, l’objectif est de répondre au plus vite à la crise du logement qui frappe la France depuis la Libération. Mais, comme dans de nombreux grands ensembles, la création ex nihilo de vastes espaces d’habitation collective entraîne des questionnements pour les populations autochtones issues des quartiers anciens de la ville. Le grand ensemble est également excentré par rapport au vieux Fontenay. Cela pose de nouvelles problématiques pour les élus municipaux : équipements publics, services publics de proximité, desserte en transport, etc.

    La ville avait un intérêt à obtenir le classement en ZUP. D’une part, ces zones disposaient de financements plus importants, dans des territoires où le mal-logement est chronique. D’autre part, les ZUP bénéficiaient également de moyens plus larges pour renforcer les équipements collectifs, et ainsi pallier à de fortes carences de la ville en la matière. Ces questions des équipements et du logement sont au cœur du film Fontenay Actualités N°1. Il se découpe en deux parties distinctes. Dans un premier temps, les habitants de Fontenay sont interrogés sur leur perception de la ville, les projets municipaux, les équipements et le cadre de vie. Dans un second temps, le maire Louis Bayeurte intervient. Celui qui est alors le plus jeune maire de France, dans cette municipalité conquise sur la droite en 1965, valorise son action en matière d’urbanisme, de logements, de transports et de services de proximité.
    Les thèmes du documentaire sont caractéristiques des politiques communistes en banlieue : promotion de la jeunesse, avec une attention particulière au sport, développement du logement social collectif, équipements pour l’éducation et la petite enfance. Reprenant la rhétorique propre à la banlieue rouge dans cette période, il oppose le volontarisme municipal à la double contrainte à laquelle il fait face : d’une part, le bilan de l’ancien maire Georges Baehr, d’autre part l’État qui ne dispenserait que peu de crédits pour les villes populaires comme Fontenay-sous-Bois. C’est le moyen de faire la promotion de la ville et de l’équipe municipale, à quelques mois des élections.

    Descripteurs : Jeunesse, logement, transports, équipement, écoles, sport, personnes âgées, ZUP, crèche, stade, financement, élections


    Lieux de consultation : Ciné-Archives, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Forum des images
  • tc intc outduréedescriptionmots clés
    00:00:00:0000:00:45:0000:00:45:00Le reportage s'ouvre sur une vue de Fontenay depuis la colline de la ville. En voix off, le réalisateur précise l’objectif du film : connaître l’opinion des habitants sur les évolutions de la ville depuis 1965, où la commune a basculé à gauche en élisant Louis Bayeurte (PCF). 
    00:00:45:0100:02:23:0000:01:37:24La séquence suivante est un micro-trottoir, avec un habitant âgé de la ville, dans la rue. Cela permet au réalisateur de poser la trame de tous les entretiens. Elle se construit autour de quatre questions : que pensez-vous de la ville ? Quelles sont les meilleures réalisations de la municipalité ? Quels sont les manques, les projets ? Qu’est ce qui ne va pas à Fontenay ? Soulignant sa non appartenance au PCF, l’enquêté se montre satisfait des réalisations, en particulier les deux gymnases et les politiques pour la jeunesse, malgré l’absence d’une piscine. 
    00:02:23:0100:06:00:0000:03:36:24Le micro trottoir se poursuit avec plusieurs interventions successives d’habitants, autour de la première question : quelle image avez-vous de Fontenay ? La réaction des habitants est assez élogieuse : « pas mal », « assez contente », « impeccable », etc. Deux points sont particulièrement soulignés : les politiques jeunesses (stade, MJC, sports d’hiver) et la construction d’écoles. La ZUP est par contre un point plus problématique. Si elle est perçue comme une solution à la crise du logement, l’urbanisme de grands ensembles laisse sceptique. 
    00:06:00:0100:08:20:0000:02:19:24La deuxième question est ensuite posée aux habitants : quelle est la meilleure réalisation de la municipalité d’union de la gauche ? Les centres d’intérêt diffèrent selon les habitants. Les personnes âgées insistent sur les efforts municipaux en leur faveur : foyer, voyages et vacances. Les femmes approuvent la construction de nouvelles écoles, même si les réalisations restent insuffisantes, en particulier dans la ZUP.  
    00:08:20:0100:11:19:0000:02:58:24Les entretiens portent ensuite sur les nouvelles politiques à engager pour la ville, en fonction des manques ressentis par la population. Le documentaire est alors largement un catalogue : besoin d’un nouveau stade, de structures de petite enfance, de transports et de commerces, etc. Un habitant souligne la lenteur des travaux de la ZUP, entraînant des désagréments dans la ville. 
    00:11:19:0100:14:12:0000:02:52:24La dernière série de questions se penche sur les problèmes de la ville. Les habitants soulignent le caractère agréable de la ville, même si l’entretien des rues, la circulation et les transports sont souvent cités dans les problèmes de Fontenay. La critique se fait aussi plus politique à la fin des entretiens : « ce n’est pas Fontenay, c’est le gouvernement qui ne va pas », dit par exemple un habitant. 
    00:14:12:0100:16:07:0000:01:54:24Suite à ces micro-trottoirs, le maire donne une interview face caméra. Il réagit aux propos des habitants, en soulignant le caractère encourageant de ces témoignages. Il rappelle le bon bilan de la municipalité sortante, tout en critiquant la gestion d’avant 1965, qui avait largement délaissé les équipements sportifs, scolaires, la construction de logements. Il insiste aussi sur les difficultés rencontrées par la municipalité pour tenir ses engagements de 1965, face à l’État qui se désengage financièrement.  
    00:16:07:0100:17:22:0000:01:14:24La conclusion du maire est tournée vers l’avenir. En quelques mots, il dresse les perspectives politiques pour sa ville, essentiellement en matière d’emploi, de transport, de logement et d’équipements. Ce projet doit désormais être porté auprès des habitants – dans une démarche similaire à toute la banlieue rouge en 1971 – afin d’établir ensemble une charte d’action pour la mandature à venir. 
  • Banlieues rouges, « communisme municipal » - Bayeurte Louis - Classe de neige - Crèche - Elections, campagnes électorales - Enseignement public - Fontenay-sous-Bois (94) - Grand ensemble - Sport - Stade - Transport - Troisième âge - Urbanisme, habitat, logement - Zone d'urbanisation prioritaire - École primaire
Contact
Plan du site
Mentions légales
Conditions générales
de vente

Soutenir Ciné-Archives
 

Suivez-nous :
FacebookTwitterDailymotion

Recevoir la lettre d'information

OK
Se désinscrire
Partenaires :
Archives francaise du filmSeine Saint DenisBnFForum des images
Avec le soutien de :
CNCFondation Gabriel PériMinistère Cultureile de FranceMairie de paris
Powered by diasite