ciné-archives fonds audiovisuel du pcf mouvement ouvrier et démocratique
Imprimer
Imprimer

Cette fonction n'est pas disponible en mode Inscrits.
En savoir plus



fermer

    963 I RATEAU
    31 JANVIER - 29 AVRIL 1974

    Generalites

    Professionnel/Amateur
    Pro
    Catalogue
    Oui
    Restauré
    0
    Genre
    Documentaire
    Année
    1974
    Coloration
    Couleur
    Son
    Sonore
    Durée
    00:56:00
    Réalisateur
    Jacques COMETS
    Format original
    Film 16 mm
    Résumé
    La grève des métallurgistes de l’usine Rateau à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) est une des premières grandes luttes contre une politique de restructuration et de liquidation d’entreprises engendrée par le 6e plan. Pendant deux mois, du 31 janvier au 29 avril 1974, les salariés ont occupé leur usine pour défendre leur emploi et s’opposer à la mainmise de la Compagnie générale d’électricité (CGE Alsthom).
    L’usine Rateau produit des turbines à vapeur, à gaz, des compresseurs, du matériel hydraulique et des ventilateurs. Ses techniques et la qualité de sa production sont mondialement réputée ... [Voir la suite]
    Descripteurs
    1972 Programme commun - Campagne électorale - Confédération Générale du Travail - Grève - Krasucki Henri - La Courneuve (93) - Lutte - Syndicat - Séguy Georges - Usine (bâtiment)
    Format durée
    MM - Moyen métrage
    Producteur
    UNICITÉ
    Vidéo en ligne
    video1.0diazinteregiohttp://diazinteregio.orgdiazcinearchiveshttps://www.cinearchives.org32024025786576https://diazcinearchives.oembed.diazinteregio.org/photos/606 - RATEAU/Photos/CineA-1974-606-Rateau-1_8.png/CineA-1974-606-Rateau-1_1
    id
    963

    Séquences

    tc intc outduréedescriptionmots clés
    00:00:00:0000:02:53:0000:02:53:00[Séquence 1] ------ Interview par Marcel Trillat d’un technico-commercial, délégué CGT. Les deux hommes se tutoient. L’interview se déroule dans la salle du conseil de la direction de l’usine Rateau. Plan moyen : Marcel Trillat est de dos, face à son interlocuteur. Le journaliste demande au technico-commercial depuis combien de temps il travaille chez Rateau. L’homme explique que cela fait 12 ans (il est entré dans l’usine en août 1962, à la mort de son père qui était un dirigeant de la fédération des cheminots CGT - adjoint de Séguy). Il explique ensuite en quoi consiste son travail : il établit des devis à la fois technique et commercial sur des réalisations de matériel hydraulique. Marcel Trillat lui demande d’expliquer “ce qu’est Rateau”. L’homme semble alors réciter un texte : “Rateau, une des plus grandes entreprises de la Seine-Saint-Denis qui réalise des turbines à vapeur, à gaz, des compresseurs, du matériel hydraulique, des ventilateurs. Ses techniques bénéficient d’une main-d’oeuvre hautement qualifiée, à la fois une main-d’oeuvre professionnelle et une main-d’oeuvre d’ingénieurs et techniciens.” Marcel Trillat lui demande si les techniques ont été inventées “ici, chez Rateau” ce à quoi l’homme répond par l’affirmative et précise que l’entreprise a de nombreuses licences en Europe (Allemagne RFA, Italie, Roumanie). Les matériaux sont de qualité et sont appréciés dans le monde entier. Concernant la demande, les appels d’offre ne manquent pas mais l’homme précise que “parfois, la direction laisse passer des marchés”. Zoom avant : plan mi-moyen sur le technico-commercial qui évoque la technique Rateau. Marcel Trillat lui demande ce qu’il en est des patrons. L’homme répond que le patron est là pour satisfaire ses intérêts et non ceux des travailleurs. Plan rapproché sur le technico-commercial. 
    00:02:53:0100:05:25:0000:02:31:24Marcel Trillat, hors champ, demande quand les choses ont commencé à changer. Dès 1958, répond le technico-commercial, les conditions de travail s’aggravent. Le début du 5e plan a engendré la concentration industrielle des entreprises ce qui s’est traduit par la prise en main et le contrôle de Rateau par le groupe Schneider. Conséquences : près de 1 000 emplois ont été supprimés. Cela s’est poursuivi et aggravé avec l’application du 6e plan et la prise en main par la Compagnie générale d’électricité (CGE) en 1970. Toutes les décisions sont désormais prises au niveau de la CGE par le président-directeur général Ambroise Roux qui est également le vice président du patronat français.