ciné-archives fonds audiovisuel du pcf mouvement ouvrier et démocratique
Imprimer
MJCF : ON VA PARLER DE NOUS
SERIE "TRIBUNE LIBRE"
    • Genre
    • Actualités
    • Année
    • 1980
    • Coloration
    • Couleur
    • Son
    • Sonore
    • Durée
    • 00:15:00
    • Réalisateur
    • ANONYME
    • Format original
    • Umatic
  • Tribune libre du 15 octobre 1980.

    Ce document alterne les témoignages face caméra de membres du MJC lycéens, étudiants, travailleurs et chômeurs et les reconstitutions fictionnées des points de vue cyniques de deux grands patrons (Edouard Empain et Marcel Dassault) et d'un trafiquant de drogue sur les jeunes travailleurs.
    Pointée du doigt : l'exploitation de la jeune masse salariale par les stages, et surtout par le recours systématique à un Intérim non justifié. Suspecté de laisser-aller volontaire : le gouvernement, qui laisse se dégrader les lycées. Inégalitaire, la poursuite d'étude par les enfants de la classe ouvrière, obligés de travailler en parallèle. De tous côtés, les jeunes sont soumis à une classe dirigeante qui cherche à l'exploiter et la faire taire, et la préférerait droguée plutôt que libre. Deux exemples de luttes victorieuses viennent contrebalancer ce tableau très sombre : celle des ouvrières de BRIL et de SHELL.
    La conclusion ne laisse d'autre recours que celui du combat.

    En 1980, le chômage dépasse pour la première le million et demi d'individus, et le recours au chômage partiel s'accentue. L'Intérim augmente également fortement. 40% des chômeurs ont moins de 25 ans. Ce qui apparaît ici très nettement et que dénonce ce document, c'est une modification structurelle de la nature de l'emploi : l'incertitude du futur provoque chez les patrons un ajustement de la main d’œuvre au plus juste et sa précarisation.

    A la différence des autres formats télévisés dédiés à l'expression publique des partis politiques sur les chaînes de la télévision publique, l'émission Tribune libre avait étendu cette case de programmation aux différentes « familles de pensées » représentées en France.
    Chaque parti ou famille de pensée disposait de moyens et d'un budget attribués par l'État pour la préparation de l'émission dont la réalisation lui appartenait en propre. Elle durait en moyenne un quart d'heure et était diffusée à une heure de grande écoute.


    Lieux de consultation : Ciné-Archives, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, BNF
  • tc intc outduréedescriptionmots clés
    00:00:00:0000:01:40:0000:01:40:00Voix off d'une jeune femme sur image fixe d'un drapeau rouge : il faut gagner son bonheur ! Voix off d'un jeune homme révolté contraint à travailler à Marseille après une formation pour les Chantiers navals de La Ciotat qui vont fermer.  
    00:01:40:0100:02:08:0000:00:27:24Image fixe : photo du Baron Edouard Jean Empain en un plateau avec voix off fictionnée : il décrit combien il a joué au casino (6000 SMIC), et pourquoi il ne peut augmenter ses ouvriers. 
    00:02:08:0100:03:20:0000:01:11:24Face caméra en plateau, Didier Bigot, électricien de 19 ans au chômage se présente. Il dénonce ses conditions de stage et les conditions réservées à la main d'oeuvre jeune. Témoignage de Philippe, chômeur de 19 ans, embauché au CETA grâce aux Jeunesses communistes. 
    00:03:20:0100:03:50:0000:00:29:24Sur image fixe photo de Marcel Dassault, "voix je" fictionnée : sa fortune, ses boites d'Intérim, ses bénéfices. 
    00:03:50:0100:05:30:0000:01:39:24Témoignage de Guylain, dessinateur de 24 ans intérimaire, dénonce la mise aux enchères de son droit au travail et les patrons des boites d'intérim, négriers des temps modernes. L'agence pour l'emploi est sans offre, les boites d'Interim en regorgent. "Giscard et les patrons veut la jeunesse couchée, malléable". La jeunesse communiste réclame la fermeture des boites d'Intérim.  
    00:05:30:0100:06:00:0000:00:29:24Sylvie Dubois, 20 ans, licenciée de BRIL, usine d'habillements d'Orléans délocalisée, raconte l'occupation de l'usine. 
    00:06:00:0100:07:13:0000:01:12:24Françoise, 17 ans, lycéenne d'Ivry, explique la paupérisation de l'Education et la dégradation de son lycée. Elle pense que le gouvernement a peur des jeunes qui veulent "apprendre à penser".  
    00:07:13:0100:07:30:0000:00:16:24Image fixe de Marcel Dassault : "voix je" fictionnée : "comme beaucoup de mes amis je suis député giscardien, jeunes, ne faites pas de politiques". 
    00:07:30:0100:08:25:0000:00:54:24Marjolaine, 20 ans, affirme son goût pour la politique : ça veut dire lutter pour un vrai métier, pour que les femmes sortent de chez elles. Didier, 20 ans, fils de travailleur, étudiant à Jussieu, souligne la difficulté à payer les outils pour ses études pour les enfants de la classe ouvrière. 
    00:08:25:0100:08:50:0000:00:24:24Image fixe d'un petit château et voix off fictionnée d'un trafiquant de drogue, ami de "la bande des trois". "Nous endormons les jeunes, et pendant ce temps, ils ne luttent pas". 
    00:08:50:0100:10:22:0000:01:31:24Témoignage de Rachid, 21 ans, ancien drogué.  
    00:10:22:0100:14:00:0000:03:37:24Témoignage off d'une travailleuse de Shell sur son salaire, ses horaires, les conditions. Elle raconte la grève et le blocage du patron. En plateau, Anne-Marie explique que les filles de Marseille ont fini par gagner. Elle résume les cas qui ont été présentés et rappelle que la seule solution, c'est lutter pour construire le socialisme, être debout. Elle cite en exemple Manufrance, les mineurs, les marins pêcheurs, les actions communistes. Elle appelle les spectateurs à rejoindre le Mouvement de la Jeunesse Communiste de France.  
  • Chômage - Conflit social - Mouvement Jeunes Communistes de France - Mouvement de jeunesse - Thésaurus - Travail précaire