Mon compte    |    Inscription

ciné-archives fonds audiovisuel du pcf mouvement ouvrier et démocratique

Catalogue d'exploitation

Version Impression
LANCEMENT DE LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE DE GEORGES MARCHAIS
SÉRIE "ÉMISSION DES FORMATIONS POLITIQUES"
    • Genre
    • Actualités
    • Année
    • 1980
    • Coloration
    • Couleur
    • Son
    • Sonore
    • Durée
    • 00:15:00
    • Réalisateur
    • ANONYME
    • Format original
    • Umatic
  • Émission des formations politiques du 27 novembre 1980.

    Pierre Juquin, chargé de la communication, présente le lancement de la campagne de Georges Marchais pour les présidentielles de 1981.
    Georges Marchais, en meeting à Boulogne Billancourt puis à Brive, dénonce le cynisme d'un patronat richissime et réclamant une baisse des salaires, et rend hommage aux travailleuses. Il remet en cause le travail à la chaîne, que l'automation, la robotisation et l'informatique peuvent à présent assumer. Trois témoignages illustrent les thématiques abordées : une ouvrière de Peugeot dénonce les conséquences des roulements d'équipe sur la vie de famille, une ouvrière de l'usine BRIL occupée rend compte de la lutte, un ouvrier spécialisé ajusteur décrit la casse physique et morale du travail à la chaîne. Ce dernier témoignage est extrait du film de Bruno Muel "Avec le sang des autres" (1974).
    En conclusion, Pierre Juquin appelle à prendre connaissance des 131 propositions du candidat, à réclamer un débat contre Valéry Giscard d'Estaing, et à solliciter des média une information loyale.

    Lors du tour de France des meetings de Georges Marchais, chaque étape est l'occasion de mettre en avant un point du programme. Dans les deux cas, il cible ici directement la classe ouvrière industrielle, et préférentiellement les femmes et les ouvriers spécialisés, principales victimes des rythmes contre nature du travail à la chaîne. Si le Parti communiste s'oppose logiquement au candidat de la droite et au patronat, il se pose également comme victime d'un ostracisme médiatique, un argument récurrent de son discours.

    A la différence des autres formats télévisés dédiés à l'expression publique des partis politiques sur les chaînes de la télévision publique, l'émission Tribune libre avait étendu cette case de programmation aux différentes « familles de pensées » représentées en France.
    Chaque parti ou famille de pensée disposait de moyens et d'un budget attribués par l'État pour la préparation de l'émission dont la réalisation lui appartenait en propre. Elle durait en moyenne un quart d'heure et était diffusée à une heure de grande écoute.

    Lieux : Hauts-de-Seine (Boulogne-Billancourt), Corrèze (Brive la Gaillarde)
    Descripteur : Ouvrier, Travail à la chaîne, Meeting, Condition féminine


    Lieux de consultation : Ciné-Archives, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, BNF
  • tc intc outduréedescriptionmots clés
    00:00:00:0000:00:45:0000:00:45:00Sur la Place nationale devant l'usine Renault de Billancourt, Pierre Juquin, chargé de l'information, explique face caméra que Georges Marchais vient de tenir son premier meeting de campagne présidentielle.  
    00:00:45:0100:01:58:0000:01:12:24Retour en images sur la journée du 21 octobre : Georges Marchais au milieu de la foule devant Renault Billancourt signe des tracts. Un groupe de musique latine interprétant un chant partisan cède place sur la tribune pour le discours. Georges Marchais se positionne en candidat des travailleurs, dénonce les autres partis et leurs média. 
    00:01:58:0100:03:00:0000:01:01:24Entrée d'un train en gare. Discours de Georges Marchais en meeting dans le Limousin : il veut débarrasser le pays de Valery Giscard d'Estaing et des politiciens du capital. En voix off, Pierre Juquin égrenne le nombre de participants venus écouter Georges Marchais dans les différentes villes. 
    00:03:00:0100:03:55:0000:00:54:24Devant les grilles de l'Elysée, Pierre Juquin explique comment le pouvoir tient les rênes de l'information qui caricature Georges Marchais. 
    00:03:55:0100:05:30:0000:01:34:24Meeting de Georges Marchais : ne plaignez pas vos patrons ! Brèves images de luxe : coffre en banque, bijoux, vacances exotiques, jeux de hasard... Il dénonce le cynisme du premier ministre qui réclame aujourd'hui la baisse des salaires.  
    00:06:50:0100:08:18:0000:01:27:24Ouvrières au travail sur une chaîne de montage automobile. En off, puis en in : suite du meeting : Georges Marchais dénonce la condition réservée aux travailleuses. Et compare les actuelles grandes bourgeoises à celles qui "crevaient de leurs ombrelles les yeux des communards". Témoignage d'une jeune ouvrière sur la tournée A et la tournée B chez Peugeot. Pour garder les enfants, les ménages font contre équipe et ne se voient plus. Plans d'ouvrières sur la chaîne automobile. Meeting en off puis en in sur l'incrédulité suscitée par la révolte d'ouvrières.  
    00:08:18:0100:09:34:0000:01:15:24Images de l'usine BRIL (vêtements de luxe) occupée. Témoignage d'une ouvrière, l'usine a déposé le bilan, et les ouvrières, convaincues de la rentabilité de l'activité, l'occupent. Images de réunion des femmes sur leur lieu de travail. Retour sur le meeting de Georges Marchais : "les femmes passives, c'est fini". 
    00:09:34:0100:13:20:0000:03:45:24Ouvriers sur presses en métallurgie. Carton titre "un OS parle". En off, témoignage d'un jeune ajusteur. Cette parole est issue du film de Bruno Muel : "Avec le sang des autres" (1974) : il souffre des mains, a du mal à écrire, changer sa fille, tenir un marteau. Il n'arrive plus à s'exprimer après s'être tût pendant 9 heures et "tout l'énerve". Voix off Georges Marchais en meeting sur plans de chaîne automobile et de robots Renault : il est possible d'éliminer le travail à la chaîne, grâce aux machines qui peuvent prendre en charge les aspects répétitifs et parcellaires du travail. Robotique, automation et informatique peuvent libérer les OS qui deviendront qualifiés. 
    00:13:20:0100:14:18:0000:00:57:24Dos à la Maison de la radio, Pierre Juquin revient brièvement sur les sujets traités par Georges Marchais et incite les spectateurs à exiger le débat réclamé par Georges Marchais à Valery Giscard d'Estaing. Il les invite également à interpeller les média. 
  • Campagne électorale - Condition de travail - Conflit social - Industrie automobile - Juquin Pierre - Marchais Georges - Ouvrier - Thésaurus - Travail des femmes - Travail à la chaîne
Contact
Plan du site
Mentions légales
Conditions générales
de vente

Soutenir Ciné-Archives
 

Suivez-nous :
FacebookTwitterInstagramYoutubeLinkedIn

Recevoir la lettre d'information

OK
Se désinscrire
Partenaires :
Archives francaise du filmSeine Saint DenisBnFForum des images
Avec le soutien de :
CNCFondation Gabriel PériMinistère Cultureile de FranceMairie de paris
Powered by diasite