ciné-archives fonds audiovisuel du pcf mouvement ouvrier et démocratique
Imprimer
AMANDLA - LE POUVOIR AU PEUPLE
    • Genre
    • Documentaire
    • Année
    • 1990
    • Coloration
    • Couleur
    • Son
    • Sonore
    • Durée
    • 00:22:00
    • Réalisateur
    • Jean-Daniel SIMON
    • Format original
    • Béta SP
  • Retour sur l'histoire récente de l'Afrique du Sud, quelques semaines après la libération de Nelson Mandela. La visite de ce dernier au siège du Parti Communiste Français clôt le document.

    Le document s'ouvre sur la libération de Nelson Mandela, le 11 février 1990. Une manifestation a lieu à Paris pour célébrer sa libération, ainsi qu'à Johannesburg.
    Retour sur les années qui on précédé cette victoire : manifestation européenne Anti-Apartheid du 1er juin 1986 sur l'esplanade Beaubourg.

    Reportage sur les townships de Soweto. La voix off, dénonce l'Apartheid : « 30 millions de noirs écartés des richesses qu'ils créent (...) Tout ici appartient aux blancs, c'est la loi. » Illustration : vendeurs noirs de breloques et de fruits sur les trottoirs Présentation de Soweto. Leurs conditions de vie : logement, transports, enfance, commerce sont mis en parallèle avec les conditions de vie des blancs. Les bidonvilles d'Orange Farm. Les déplacements de population sont monnaie courante ; les banthoustans sont de véritables réserves.

    Les cheminots viennent de mener une des luttes les plus dures de ces dernières années, malgré une répression féroce qui a fait trente morts et 25 000 licenciés. Sur des plans d'usines et de gare, le commentaire off souligne l'importance de la corporation des cheminots, qui vient de gagner une des luttes les plus dures des dernières années. Les cheminots chantent ensemble avec véhémence. Plans rapprochés de blessés.

    L'injustice toujours en place avec la complicité du capitalisme international. Vitrine Piaget avec bijoux en or et chérubins dorés. Le commentaire dénonce " ce pays immensément riche où les noirs n'ont aucun droit tandis qu'en toute légalité les nazis paradent " (plan sur des drapeaux nazis) La voix off accuse la collusion des multinationales avec l'Afrique du Sud. Illustration par notamment, un drapeau français. Plans de marques en évidence dans la ville : Peugeot, Cegelec, Shell, Coca Cola, Mercedes Benz, Alitalia, Levis, Singer.

    La lutte s'organise avec l'ANC et le Parti communiste sud-africain : « A.N.C. say stop detaining our comrade » ; sur un bus bleu « Remember Mandela don't vote ». Des noirs chantent ensemble poings levés.

    ITW de Walter Sisulu, un des principaux dirigeants de l'A.N.C. libéré après 25 ans de prison. Il dénonce la brutalité de la police, le refus de négocier avec les travailleurs, les divergences fondamentales de l'A.N.C. avec le Gouvernement. Il rappelle que la libération de Nelson Mandela ne signifie pas la fin de l'Apartheid. Il demande que la pression internationale ne se relâche pas, espère enfin du P.C.F. qu'il ait un rôle particulier dans la vie politique française. Evocation de la libération de Mandela : il lève le poing à une tribune et scande « Amandla » repris par la foule.

    Images de la répression d'une manifestation de rue au Cap pour fêter la libération de Mandela, cinquante personnes sont tuées. Rassemblement dans une salle de noirs qui chantent en frappant dans leurs mains. Le commentaire conclut :« Un peuple veut se libérer de l'oppression. Notre solidarité ne faiblira pas ».

    La dernière minute du film est consacrée à la visite de Mandela au siège du PCF ; Georges Marchais explique que le PCF continue la lutte tant que l'Apartheid n'aura pas été aboli.

    Lieux de consultation : Ciné-Archives, BNF
  • 1948-1991 Apartheid - Afrique du Sud - Mandela Nelson - Marchais Georges