Mon compte    |    Inscription

ciné-archives fonds audiovisuel du pcf mouvement ouvrier et démocratique

Catalogue d'exploitation

Version Impression
COLONNE DURRUTI (LA)
DIECINUEVE DE JULIO
    • Genre
    • Documentaire
    • Année
    • 1936
    • Coloration
    • Noir & Blanc
    • Son
    • Sonore
    • Durée
    • 00:30:00
    • Réalisateur
    • ANONYME
    • Format original
    • Film 35 mm
  • Les victoires militaires et la vie quotidienne de la colonne Durruti dans la plaine de l'Aragon, dans les premiers mois de la guerre d'Espagne (août-septembre 1936).

    Le titre original de ce film anarchiste célèbre le 19 juillet 1936, jour où le peuple en armes mit en déroute les fascistes quelques heures après le coup d'Etat franquiste.

    L'armement des miliciens est visiblement disparate et insuffisant. La colonne - que l'on voit se déployer en ordre dispersé dans la plaine Aragonaise - reprend aux franquistes des petites villes (Pina de Ebro et Siétamo) tandis qu'est montré le quartier général de Buenaventura Durruti (Bujaraloz).
    Dans les villes libérées, la population et les miliciens anarchistes de la CNT (Confederacion National del Trabajo) et de la FAI (Federacion Anarquista Ibérica) se saluent poing fermé. Dans la dernière partie du film, quelques rares avions appuyant la colonne anarchiste (l'un d'eux arbore une faucille et un marteau) sont filmés à plusieurs reprises.

    La colonne Durruti présente un décalage entre la musique (La Chevauchée des Walkyries) et le contenu des images (peu spectaculaires), entre le texte du commentaire (parfois grandiloquent) et son ton (terne et hésitant).
    La colonne Durruti n'en reste pas moins un document émouvant sur la guerre d'Espagne, l'un des tous premiers produits par les "rangs républicains". Il témoigne également de la popularité du dirigeant anarchiste.

    Musique : La Chevauchée des Walkyries de Wagner.
    Lieu : Pina, Siétamo, Bujaraloz (plaine de l'Aragon)
    Personnalité : Buenaventura Durruti

    Note : Des leaders anarchistes comme Buenaventura Durruti organisèrent des milices armées qui montèrent aussitôt en première ligne. Ces colonnes étaient formées de soldats improvisés, dont beaucoup voyaient et maniaient les armes pour la première fois, et à qui, en pleine rue, ceux qui avaient un tant soit peu d'expérience enseignaient les rudiments : charger et décharger, prendre la ligne de mire, lancer des grenades, etc. Le recrutement ne fut pas aussi facile que l'imaginaient les militants. A son départ de Barcelone, la colonne Durruti, malgré le prestige de son chef, n'avait que 2000 hommes; les chauffeurs de ses camions étaient si inexpérimentés qu'ils semèrent bon nombre de leurs véhicules sur la route; cependant la colonne se renforça progressivement, atteignant un effectif de 3500 hommes, et elle joua un rôle très important à Madrid, où Durutti mourut en première ligne, dans des conditions très suspectes... (in «Histoire des Espagnols», de Bartolomé Bennassar).
    Les organisations anarcho-syndicalistes CNT/FAI constituèrent une équipe de film immédiatement après la victoire de Barcelone sur les rebelles. La première production du CNT/FAI, Reportaje del Movimiento Revolucionario, fut très préjudiciable à la cause révolutionnaire par son anti-cléricalisme avoué... Le groupe cinématographique CNT/FAI continua la production de documentaires, en grande partie destinés à l'étranger, si l'on s'en réfère aux commentaires français et anglais dont ils étaient pourvus. En France c'est le Comité pour l'Espagne libre qui s'occupait de la distribution des films CNT/FAI et en Grande-Bretagne l'Anarchist Communist Federation. (in La guerre civile et le cinéma de Bert Hogenkamp, Revue belge du cinéma, n°17, automine 1986)


    Lieux de consultation : Ciné-Archives, Archives françaises du film, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Forum des images
  • tc intc outduréedescriptionmots clés
    10:00:15:0010:01:20:0000:01:05:00Le convoi s'arrête sur une route de la plaine. Les voitures et camions sont surchargés. Buenaventura Durruti discute avec ses camarades de la CNT et de la FAI. Les hommes (et une jeune femme) en armes se rassemblent en petits groupes. Plan sur un camion siglé UGT. (Union General de Trabajadores) 
    10:01:20:0110:02:50:0000:01:29:24Les combattants à pied se dispersent dans les collines. Durruti observe la plaine avec ses jumelles. 10:02:16:00 Plan très bref sur la soupe, puis sur les combattants aux aguets, et contrechamp sur la plaine qu'ils surveillent.  
    10:02:50:0110:03:52:0000:01:01:24Le village de Bujaraloz, "occupé sans combat. Les fascistes avaient fui devant l'ardeur de nos milicien de la CNT et de la FAI". Images de l'église, des rues et places du village. Une inscription à la craie "Viva la FAI". "La vie nouvelle s'organise" : plan sur un attroupement devant une affiche, sur un camion de la croix rouge, puis courte séquence sur l'hygiène : tout sourire, les hommes font leur toilette au puits communal. 
    10:03:52:0110:04:40:0000:00:47:24Retour dans le maquis. Plan d'ensemble sur depuis une colline. 10:04:03:00 les hommes font traverser la rivière à des moutons en barque. Sur la terre ferme, les soldats s'improvisent bergers et guident le troupeau. 10:04:30:00 L'abattage des moutons. 
    10:04:40:0110:05:35:0000:00:54:24Retour au village. Les combattants au repos font la sieste dans la rue. Des charrettes passent dans la rue principale. Puis un des soldats tient au discours à ses camarades venus de toutes les régions de l'Espagne, et aux villageois (jeunes, vieux, femmes et enfants). 10:05:22:00 plan sur un milicien blessé à la tête. 
    10:05:35:0110:06:50:0000:01:14:24La colonne s'ébranle et traverse le village. Des combattants en uniforme saluent le passage de la caméra, juchée sur un camion, en levant les fusils et en saluant poing fermé. Foule nombreuse massée le long du cortège. Alternances d'un plan moyen de Durruti en discussion avec des soldats (en dehors du village) et de vues de la foule dans les rues du village. Les hommes montent dans un camion. 10:06:45:00 Des villageois souriants, au premier plan desquels une femme et des enfants saluent les combattants le poing tendu. 
    10:06:50:0110:07:40:0000:00:49:24Le convoi des jeeps estampillées FAI et CNT sur les routes de plaine. Décalage criant entre la Chevauchée des Walkyries et la lenteur et l'espacement du convoi.... 10:07:22:00 le drapeau rouge et noir flotte au vent. Les hommes marchent sur la route. 
    10:07:40:0110:09:00:0000:01:19:24Bruits de détonations et images d'explosions au loin. Images d'hommes tirant au fusil et à la mitrailleuse. 10:08:07:00 des hommes creusent des tranchées. 10:08:25:00 toujours au son des explosions, des hommes installent une clôture autour du camp. Les hommes courent avec leur fusil. 
    10:09:00:0110:10:05:0000:01:04:24Pina de Ebro. Après une journée de combats, la CNT vient de prendre la ville de Pina. L'arrière-garde s'organise. Nouvelles images de villageois saluant (on reconnaît des villageois du village précédent....!) 10:09:26:00 les hommes se baignent, se coupent les cheveux, fauchent le foin. Sous une chaleur de plomb, les hommes construisent un nouveau camp. Plan sur des hommes buvant dans des outres. Images du nouveau camp, avec ses tentes. Une lampe destinée à envoyer des signaux lumineux.  
    10:10:05:0110:11:50:0000:01:44:24Plan sur un camion blindé marqué CNT FAI sur lequel flotte le drapeau anarchiste. Les miliciens attendent ou creusent des tranchées (en décalage avec le commentaire qui raconte le combat contre les fascistes postés sur l'autre rive de l'Ebre.) 10:11:00:00 Détonations, une explosion au loin du côté du village de Pina. Montage de plusieurs scènes illustrant les combats (hommes qui tirent) mais qui a priori ne s’accordent pas entre elles (le paysage est très différent de l'une à l'autre), en alternance avec un plan fixe sur le village au loin. De la fumée s'élève de Pina. 
    10:11:50:0110:12:33:0000:00:42:24Plan sur la carte d'Espagne. Pina est reprise. Nouvelles images du village ; un homme fait le guet à l'intérieur du clocher ; des combattants, cachés derrière des sacs de sable, sont postés sous un hangar jouxtant l'église. Dégâts des explosions sur les maisons. Ruines.  
    10:12:33:0110:13:32:0000:00:58:24Plan d’ensemble sur le camion blindé « CNT FAI – Columna Durruti » Quelques miliciens posent sur le camion. Gros plan sur les impacts de balle sur le camion, et sur le drapeau criblé. 10:12:41:00 plan sur l’ensemble de la colonne qui célèbre sa victoire (les hommes brandissent leur poings, leurs fusils, et le drapeau) 10:12:50:00 vue d’ensemble sur leurs camions dans la plaine . Des combattants saluent, debout devant leur tente.  
    10:13:32:0110:14:29:0000:00:56:24Le quotidien. Le moment du repas (plans sur les marmites, sur le cuisinier qui sonne la cloche, puis sur les miliciens présentant leur gamelle, en regardant fixement la caméra). Les combattants reçoivent les nouvelles des journaux venus de Barcelone. 10:14:15:0 un milicien lit Solidaridad Obrera. 10:14:21:00 L'hôpital de Pina.  
    10:14:29:0110:17:30:0000:03:00:24De retour dans la plaine, images des tentes. 10:14:50:00 on met en place les canons. 00:15:29:00 on prépare les projectiles. Champ/contrechamp des tirs et d'explosions au loin. 10:16:33:00 succession de plans sur des hommes armés de fusils postés en différents points.  
    10:17:30:0110:19:25:0000:01:54:24La bataille finie, les miliciens marchent sur la route et regagnent les voitures. Décalage entre les images tournées à la campagne et le commentaire disant que la milice arrive en ville. 10:18:26:00 les soldats arrivent dans le village désert. 10:19:10 Ils hissent le "drapeau de la liberté" sur le clocher. 
    10:19:25:0110:20:47:0000:01:21:24Retour à Bujaraloz, QG de la colonne. Des camions stationnent sur une place 10:19:51:00 Durruti s'adresse à ses troupes. 10:20:00:00 un groupe est massé sous un avion, qui va appuyer les combattants à nouveau sur le départ. Vues des rues du village, des miliciens au balcon, et Durruti avec un enfant. "Il inspire toujours la confiance".  
    10:20:47:0110:21:30:0000:00:42:24L'avion (soviétique), marqué de la faucille et du marteau, se met en marche. Les avions décollent et volent. 
    10:21:30:0110:21:47:0000:00:16:24Retour au village. Les jeunes miliciens défilent sur les camions. « Les aiglons de la FAI partent sur les traces de leurs ainés » 
    10:21:47:0110:22:40:0000:00:52:24La colonne en marche, sur la route et à travers champs. Commentaire à nouveau décalé "pas à pas on se bat". 
    10:22:40:0110:27:34:0000:04:53:24A nouveau la carte d'Espagne. d'autres noms apparaissent : Huesca, Sietamo, Zaragoza. Images floues tournées dans les champs, son médiocre. Les miliciens attendent dans des tranchées. Les combats reprennent, pour prendre Siétamo cette fois : alternance de plans du village au loin, de plans d'un avion, et de plans montrant les miliciens au combat avec leurs fusils. Tirs nourris. Les combattants avancent vers la ville. 10:27:04:00 un blessé évacué sur une civière.  
    10:27:34:0110:29:08:0000:01:33:24Les combattants courent dans Siétamo. Ils récupèrent des armes, évacuent des blessés, se fraient des passages en abattant des murs à coups de pioche. Le village en ruines fume. "Enfin Setmaos (sic) est pris. Bravo, camarades de la FAI, bravo camarades de la CNT qui luttez pour la liberté." Fin. 
  • Durruti Buenaventura - Espagne - Guerre - Guerre d'Espagne, lutte anti-franquiste
Contact
Plan du site
Mentions légales
Condiitons générales
de vente

Soutenir Ciné-Archives
 

Suivez-nous :
FacebookTwitterDailymotion

Recevoir la lettre d'information

OK
Se désinscrire
Partenaires :
Archives francaise du filmSeine Saint DenisBnFForum des images
Avec le soutien de :
CNCFondation Gabriel PériMinistère Cultureile de FranceMairie de paris
Powered by diasite